Vidéos

Le temps des cerises

En ce dernier week-end de juin, beaucoup de mon temps a été consacré à la cueillette de cerises.

Gelée, mignardises et autres compotées ont été confectionnées.

Tout en les préparant, je fredonnais la célèbre chanson.

Si elle n’est plus aujourd’hui qu’une jolie chanson d’amour, Le Temps des Cerises fut au départ un chant révolutionnaire.

A bas les exploiteurs ! A bas les despotes ! A bas les frontières ! A bas les conquérants ! A bas la guerre ! Et vive l’Egalité sociale.

C’est à Jean-Baptiste Clément, chansonnier et révolutionnaire que l’on doit cette chanson qui devient ensuite l’hymne de tous les communards et des ouvriers.

Exilé à Londres pendant 8 années, ce n’est qu’après son retour à Paris que Jean-Baptiste Clément ajouta en 1882 la dédicace : « A la vaillante citoyenne Louise, l’ambulancière de la rue Fontaine-au-Roi, le dimanche 28 mai 1871 ».

Ce jour là, avec Eugène Varlin et Charles Ferré, tous deux plus tard condamnés à mort et fusillés, Clément se trouvait sur la dernière des barricades ; Louise Michel, la « Vierge rouge  de la Commune », était de la partie.

Lire aussi : Commune de Paris (1871)

Parmi toute sa production, l’un de ses airs est plus particulièrement connu des jeunes enfants qui le fredonnent encore de nos jours. Il est d’ailleurs bien loin des idées révolutionnaires de son auteur, puisqu’il s’agit de la ronde Dansons la capucine !

Source : www.maldoror.org


 

Lien vers page facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s