Alimentation

Bien s’équiper pour cuisiner sainement

Par quoi peut-on remplacer les revêtements antiadhésifs comme le Teflon ?

La fin du Téflon® en 2015

La compagnie DuPont a annoncé en février 2007 qu’elle cessera la production de Téflon® et de ses produits dérivés en 2015. Ceci fait suite à une demande de l’Agence de protection environnementale des États-Unis (EPA) pour la réduction de la production d’acide perfluorooctanique (PFOA), la composante primordiale utilisée dans la fabrication du Teflon et de ses émules. L’EPA a reconnu en 2005 que cette composante pouvait être «légèrement cancérigène».

Le Téflon et ses dangers : nutritionetsante.blogspot.fr

La céramique, seul anti-adhérent

Si vous voulez de l’anti-adhérent, vous n’avez pas le choix, c’est la céramique qu’il vous faut !

Le revêtement céramique est composé de silice et d’eau. Il est appliqué sur les poêles et casseroles par pulvérisation ou centrifugation.

On trouve maintenant des poêles, des woks, des faitouts et des casseroles de toutes les tailles en céramique.

La règle de base avec la céramique est de cuisiner à feu moyen, pas plus. Vous ne verrez aucune différence en résultat de cuisson et vous préserverez les propriétés antiadhésive de vos ustensiles en revêtement céramique.

Et on trouve tout autant d’utilisateurs très satisfaits ou très mécontents ! Car il existe différentes qualités d’ustensile. Elles nécessitent de toute façon une résine de synthèse pour l’accroche sur la partie métallique (et possible utilisation de nanotechnologies). Ces matériaux ultraminiaturisés soulèvent eux aussi des inquiétudes sanitaires.

Revêtements émaillés oui, mais…

Les revêtements émaillés, tout comme le téflon® et la céramique, se détériorent au fil des utilisations ou en cas de surchauffe et se mélangent aux aliments. S’introduisant à notre insu dans la nourriture cuite, ils peuvent être toxiques, surtout s’ils sont utilisés régulièrement.

 

Les matériaux qui ont fait leurs preuves

L’acier (ou fer), sans danger pour la santé et recyclable ! +

poele acier culottéeEn effet, même si une poêle en fer mérite largement sa place dans une cuisine (la numéro 1 pour saisir), elle ne pourra pas servir pour tout cuire. Elle n’est pas adapté pour réaliser des cuissons mijotées.

Il est conseillé d’huiler régulièrement le fond à la manière de nos grands-mères, le culottage.

Même en la culottant comme le conseille le fabricant, même en huilant régulièrement le fond, certains diront que ça attache sévèrement.

Compatibles avec toutes les sources de chaleur, les poêles en acier ne passent pas au lave-vaisselle.

Comment utiliser et entretenir sa poêle en fer : http://blog.videlice.com

 

L’acier inoxydable (inox) de qualité 18/10. ++

poêle inoxC’est un mélange d’acier et de chrome qui contient d’autres métaux (nickel…). Très résistant, il se décline en batteries de casseroles, en poêles, couscoussier avec panier vapeur… Choisissez des modèles à fond épais. Les produits multicouches permettent une meilleure répartition thermique.

La matière est idéale pour cuisiner à basse température ou mijoter. On peut saisir des aliments mais à la condition de suivre la technique dite de la goutte d’eau.

En termes de prix, il est vrai que l’inox peut paraître onéreux. Mais honnêtement, il existe des batteries inox très abordables.

Tout cuisiner dans l’inox : blog.videlice.com

Alors poêle en inox ou poêle en fer ?

Voir les différences sur blog.videlice.com

 

L’aluinox ?

On trouve depuis peu des poêles en aluinox, qui combinent la conductivité de l’aluminium aux avantages de l’inox et sont compatibles avec l’induction, sans revêtement nocif.

En savoir plus : www.tompress.com

 

La fonte

poêle en fonte

Les ustensiles de cuisson en fonte (un alliage de fer et de carbone) ont généralement une longue durée de vie, ils ont une bonne conductivité et sont lourds. Vous trouverez des poêles, des woks, des cocottes et des marmites.

Ils conviennent particulièrement bien aux cuissons longues à feu doux. Restituant la chaleur en douceur, ils permettent de mijoter des plats savoureux. Ils s’adaptent à toutes énergies de cuisson : gaz, électricité, halogène, vitrocéramique ou induction.

Seule précaution d’usage : ne pas utiliser la fonte pour stocker les aliments, sinon elle s’oxyde.

La fonte, lorsqu’elle est exempte d’aluminium, est un bon investissement pour la cuisson des aliments. Cependant peu d’étiquettes indiquent si elle contient ou non de l’aluminium…

 

  • La poêle en pierre

Il faut être particulièrement vigilants sur la composition de ces poêles qui ont le mérite de passer pour des poêles naturelles. Ces poêles sont obligatoirement revêtues d’un antiadhésif. Or, aujourd’hui, en terme de revêtement antiadhésif, il n’existe que 2 procédés :
– Soit le PTFE (nom moléculaire du téflon®)
– Soit la céramique

Pour la cuisson au four

  • Les poteries ou terre cuite +

poterie sans vernis

Utilisés depuis des millénaires en cuisine, les plats en terre, en argile et les poteries pour la cuisson ne doivent pas être recouverts d’émail au plomb ou d’un vernis pour garantir une cuisson saine et naturelle. Les poteries en grès doivent être préalablement graissées par exemple avec un pinceau pour éviter de trop attacher.

 

  • Le verre ++

cuisson pyrexLe pyrex® supporte des températures élevées. S’il n’est pas coloré, et n’a pas de décors peints, il ne présente pas de risques pour la santé. A moins de les casser, les plats et moules en pyrex sont durables et présentent une bonne résistance aux chocs. De plus, le verre est recyclable.

 

  • Le silicone

moule silicone

Adulés puis dénigrés, les moules en silicone souffrent de la mauvaise presse que leurs font les articles frauduleux irrespectueux des normes et qui passent régulièrement entre les mailles des filets de la douane.

Pourtant le silicone est partout autour de nous sans que nous nous posions la question de sa  dangerosité : joints, colles, gaines isolantes, cosmétiques, matériel médical, voitures…

En France, la législation ne permet pas de faire la distinction entre les accessoires en silicones platine et ceux en silicones peroxydés.

Les « platine » sont les plus chers. Plus sûrs, ils supportent de hautes températures.

Le péroxyde est un procédé chimique composé essentiellement d’oxygène et de carbone. Il est très utilisé en industrie mais avec grande précaution car son instabilité et sa nocivité sont reconnus.

Comment choisir son moule en silicone : www.jaimecuisiner.com

 

  • Les papiers sulfurisés et papiers cuisson

Au supermarché vous trouverez du papier cuisson ou bien siliconé (recouvert de silicone recto et verso), ou bien sulfurisé (suite à un traitement à l’acide sulfurique). Ils permettent généralement de cuire sans avoir besoin d’huiler ou de beurre avant, ou de faire des papillotes (en évitant le papier d’aluminium).

Dans le domaine bio, ils sont concurrencés par du « papier cuisson écologique », naturel, de couleur brune, sans adjonction de produits chimiques. Cependant malheureusement le fait qu’il soit plus naturel ne l’empêche pas de coller ou de se déchirer à la cuisson.

Comment remplacer le papier cuisson ?  raffa.grandmenage.info

Autres éléments & ustensiles

 

Aluminium et cuivre méfiance

  • Le cuivre, mais pas le vert-de-gris

Il est impeccable pour réussir les confitures et sans danger pour la santé… à condition de faire la chasse au vert-de-gris en astiquant vos bassines (avec du citron par exemple). L’oxyde verdâtre qui se dépose au fil du temps est un véritable poison.

 

  • L’aluminium

Les articles de cuisson contenant de l’aluminium, relativement peu coûteux, sont pourtant à éviter à cause des dangers potentiels de l’aluminium principalement au niveau des muscles et du cerveau.

Aluminium, notre poison quotidien, voir la vidéo

 

Le plastique  et four à micro-ondes à proscrire

Faites le tri dans vos plastiques

Pourquoi la Russie a interdit l’usage des fours à micro-ondes ? fawkes-news.blogspot.fr

 

Ma petite batterie perso

Je n’ai pas acquis tout d’un coup. C’est en suivant les promos et aussi qu’en je pouvais me le permettre, j’ai investi dans d’la bonne gamelle 😉

Pour voir ma p’tite batterie en détail, cliquer ici (lien vers mon cahier recettes RECETTES TOUT FAIT MAISON)

Le petit plus : si comme nous, vous avez opter pour une batterie de cuisine en inox, exit le Téflon®,  le savon noir permet de les conserver toujours brillantes, comme neuves.

 

Sources : 
www.la-maison-du-cancer.com
www.cleacuisine.fr
www.cfaitmaison.com
www.quelle-sante.com

 Pour le fun !

Publicités

5 thoughts on “Bien s’équiper pour cuisiner sainement”

  1. Merci pour cet article vraiment très intéressant !
    Je suis justement en train de réfléchir à toutes les choses dangereuses pour notre santé qui se trouvent partout dans nos habitations. Je me posais pas mal de questions sur la cuisine justement, comme j’adore faire mes repas moi-même. Ca en fait des changements à mettre en place, mais je ne désespère pas, petit à petit, ça va venir.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis bien contente que tu ai pu trouver les infos nécessaires pour accompagner ta réflexion. Comme toi, à la maison on préfère préparer nos plats nous-mêmes, en famille. MIAM ! MIAM !

      J'aime

  2. La plupart des ustensiles en acier inoxydable n’ont pas besoin de revêtement, ce qui permet aux fabricants de les proposer sur le marché à des tarifs très intéressants.Les défenseurs d’une cuisine bio, bonne pour la santé, recherchent donc ce type de produit avec lesquels il n’y a pas de risque de transfert d’aluminium, pas d’échanges toxiques et qui restent surtout moins coûteux que la fonte. Pour les conseils d’entretien des ustensiles en inox, visitez la page:http://ustensiles-en-inox.confort-domicile.com/

    J'aime

  3. Bonjour,
    Merci pour toutes ces infos… Je ne m’intéresse que depuis la semaine dernière aux perturbateurs endocriniens qui hantent ma cuisine… Et oui, moi qui cuisine maison et bio depuis plus de 10ans, je me rends compte que j’empoisonne quand même mes enfants avec mes ustensiles pourris ! Bref, j’ai déjà commandé des plats en Pirrex à la place de ceux en plastique, une poêle en inox (une seule pour l’instant 😉 à la place de celles en téflon. Ouf, mes casseroles et cocottes sont déjà dans les normes ! Maintenant, je me demande que faire pour savoir en quelle matière est faite la plaque de mon four ? Je m’en sers beaucoup, notamment pour mon pain qui cuit directement dessus donc super si c’est en aluminium ! Qu’est-ce donc que cette tôle bleue ? Merci d’avance pour les réponses

    J'aime

    1. Bonjour Harmonie,
      Bravo pour cette prise de conscience.
      La plaque du four, cela est difficile de savoir sans la voir. Si c’est un four, comme moi, traditionnel au gaz, je dirai qu’elle est en tôle noire émaillée, celle vendue avec…
      A mon avis, l’alumium est plutôt à proscrire.
      Pour la tôle bleue, il y a ce site, dont je partage le lien ci-après, et avec lequel j’ai beaucoup appris, parle des différents aciers. Je vous invite à le lire et j’espère répondra à votre question.
      Bien à vous,
      Karine
      https://blog.videlice.com/2016/01/11/poele-en-fer-ou-poele-en-acier-tole-bleue-quelles-differences/

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s